Entre les deux il n’y a rien

Littérature française

Mathieu Riboulet

Le monde du roman de Mathieu Riboulet s’étend sur la décennie 1970-1980. Décennie de rage, d’espoir et de verbe haut qui, de Paris, à Rome en passant par Berlin a vu les mouvements de contestation se poser la question du recours à la lutte armée et du passage à la clandestinité. Certains y ont répondu par l’affirmative…
C’est avant tout un ton, une évidence de tragédie grecque, où les personnages endossent leur destin sans se débattre, parce que c’est leur destin, tout simplement. Un souffle épique, par moment, passe dans ces phrases qui semblent échapper à la plume de l’auteur et qui disent, avec une gravité sacrée, la vie, l’amour, la mort, les forces les plus élémentaires, les thèmes les plus rebattus, et par cela, peut-être, les plus obscurs. Un fil narratif ténu, pas de dialogues, peu d’anecdotes, mais un rythme qui ne vous lâche pas, une tension qui ne faiblit jamais, un ravissement au sens le plus fort du terme.
Pour cette magie du Verbe qui ne cache rien de la Réalité qu’elle transfigure, Mathieu Riboulet nous rend confiance en la littérature. Et c’est rare.

Verdier
14 €