Kodhja

| 0

Alors que les sociétés occidentales multiplient la segmentation des âges (petite enfance, pré-adolescence, etc) on sait qu’elles ont cessé d’organiser leurs propres rites initiatiques. C’est l’un des rôles, nombreux et cruciaux, que peut tenir, par procuration, la littérature aujourd’hui. Et Kodhja le tient singulièrement… Ce livre offre à son lecteur un récit initiatique dont la densité narrative et la puissance de l’imaginaire en font un futur classique du genre.

Un jeune garçon s’introduit dans la mystérieuse cité de Kodhja pour y rencontrer le Roi qui, seul, saura répondre à ses questions et apaiser ses doutes.

Au fil du labyrinthe de cette ville mouvante et inquiétante, guidé par un enfant malicieux et un brin narquois, il affronte ses peurs, ses colères, ses souvenirs d’enfant et revisite les lieux et émotions qui l’ont construit. Un très, très grand livre !

Il est des livres qui amusent, qui plaisent, qui distraient. Kodhja est d’une autre trempe : il vous séduit, vous bouleverse puis vous ramène à votre propre parcours. Les planches y allient synthétisme et grande beauté, tout en nourrissant sans cesse un texte d’une grande précision. Ce conte, à l’invention constante, réussit la gageur d’être un somptueux périple empli d’aventure et un incroyable livre d’adieu (d’hommage ?) à l’enfance.